www.francoiscouperin.fr

Espaces privés professeurs, élèves, familles

Paiement en ligne
Arts et culture
Post-bac
Inscription orientation
Établissement
Ouverture internationale
Lycée-Collège
Associations & partenaires

Les témoignages des alumni de la section européenne

Robin Jullien

Bac S mention très bien

Promotion 2011

Institut d’Etudes Politiques de Lille

« « Malgré » un Bac Scientifique spé Maths obtenu en 2011, je suis aujourd’hui à Sciences Po Lille en 2ème année. J’ai passé le concours à Bac 0 et l’ai obtenu notamment grâce à l’apport de la SEA, en effet les qualités d’analyse historique, géographique mais aussi de l’actualité que nous a apporté nos professeurs ont été un vrai plus. Mais surtout savoir réfléchir, disserter et s’exprimer aisément dans une langue étrangère m’a donné un avantage réel au concours et plus tard dans le suivi de mes études. Les IEP étant tournés vers l’international les langues sont mises à l’honneur et la SEA m’a véritablement permis de faire la différence, notamment dans l’obtention d’un bon score au TOEFL (109). J’ai aussi eu l’occasion de participer au MUN (Model United Nation, simulation de négociations à l’ONU en anglais pendant une semaine avec des milliers de participants des 5 continents) de New York l’an dernier et d’y remporter un prix après une sélection au sein de l’IEP. Bien évidemment la SEA et la participation au MUN de Fontainebleau avec mon professeur d’Histoire-géographie furent d’une grande aide. De plus, je pars l’an prochain faire une année entière à l’étranger aux Etats-Unis ou en Argentine et c’est en grande partie grâce à la SEA et à l’ouverture culturelle qu’elle prône que j’ai pu avoir cette chance. Je recommande donc à tous ceux qui souhaiteraient suivre ce genre de cursus de profiter au maximum des enseignements du lycée François Couperin qui leur seront véritablement d’une grande aide. »

Elodie Gavrilof

Bac ES mention Assez Bien

Promotion 2010

Licence d’Histoire à Paris IV

« Mes trois années en section européenne m’ont permis d’acquérir, en plus de la culture générale, un solide niveau d’anglais qui m’a ensuite été très utile. Après avoir obtenu le bac en 2010, je me suis orientée vers des études d’histoire. Le fait de maîtriser l’anglais m’a permis d’accompagner mes devoirs de bibliographies beaucoup plus consistantes. Par ailleurs, la charge de cours supplémentaire, a permis d’asseoir un socle de connaissances certain, et d’enrichir mes copies de plus riches exemples, pendant mes années de lycée. Je suis désormais en troisième année de licence à l’université Paris IV-Sorbonne et je suis en parallèle un séminaire de recherche en histoire contemporaine à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). »

Johanna Pokossy-Epée

Bac S mention Très Bien

Promotion 2012

Médecine à Paris V

« Tout d’abord, bonjour à vous, courageux futurs (ou déjà) lycéens qui envisagez de rejoindre la Section européenne. Je suppose que vous savez déjà qu’en nous rejoignant vous aurez quelques heures de cours de plus que le reste de votre classe chaque semaine, que vous aurez donc forcément des devoirs et des contrôles en plus, et enfin une épreuve de plus au BAC … Si bien sûr vous passez le test d’entrée (que j’étais persuadée d’avoir raté d’ailleurs, donc attendez la lettre définitive pour être fixés). Passons outre ces détails ; voici dix bonnes raisons de rejoindre la section européenne :

1. M.Blondot (je ne détaille pas, tout est dit)

2. Mme Lawson bien évidemment ! Pour résumer, en 12 ans et presque autant de professeurs d’anglais, LA MEILLEURE, la plus drôle, la plus belle aussi. Les cours sont passionnants, le niveau... Vous êtes obligés de progresser. (mais vous aurez peur quelques fois devant le sujet de contrôle)

3. L’Assemblée générale de la Section Européenne en Juin.

4. Vous aurez une épreuve de plus au BAC, mais d’une part elle dure vingt minutes, et d’autre part, elle ne peut que rapporter des points.

5. Vous aurez des heures d’histoire-géographie et d’anglais en plus, vous allez donc les travailler régulièrement et au moment des révisions du BAC (j’en ai déjà parlé trois fois déjà, certes, mais après tout, c’est bien la raison pour laquelle vous irez au lycée), vous vous rendrez compte (vécu) que vous connaissez déjà le programme et vous n’aurez qu’à bien relire, un sacré gain de temps.

6. La mention Section Européenne, qui peut vous ouvrir des portes selon votre souhait post-bac.

7. Les sorties.

8. La classe dans laquelle vous serez (Enfin, à part si j’ai seulement eu de la chance trois ans)

9. Le meilleur pour la fin : le réseau des Alumni : Ils sont beaux, ils ont la classe, ils sont intelligents, ils donnent de supers conseils APB (parfois plus utiles et plus précis que ceux des conseillers d’orientation, puisqu’ils sont sur place), bref trop de swag.

10. And because « Swag is a subtle thing that many strive to gain but few actually attain. It is reserved for the most swagalicious of people. » (cf ’Urban Dictionnary’.) »

Julie Guénard

Bac L mention Très Bien

Promotion 2011

hypokhâgne Janson-de-Sailly puis Sciences-Po Lille

« La SEA a été une vraie opportunité que je n’ai jamais retrouvée dans les études supérieures pour pratiquer régulièrement l’anglais ! C’est une charge de travail supplémentaire mais qui apporte beaucoup et qui est un réel avantage pour le bac puisque l’épreuve d’anglais est la même que pour les candidats qui ne sont pas en section européenne, ce qui permet de viser une mention. En dehors de l’apprentissage de la prise de parole devant un groupe, l’habitude de rédiger en anglais ainsi que la lecture des unes de la presse anglaise en classe sont des plus pour les concours des études supérieures quels qu’ils soient. »

Yohann Frot

Bac L mention Bien

Promotion 2012

hypokhâgne au lycée Pothier

« J’ai intégré la Section Européenne Anglais au début de ma terminale littéraire, grâce au soutien de ma professeure d’anglais. Peu sûr de moi au début de l’année, et convaincu d’avoir un niveau d’anglais pitoyable, j’ai peu à peu trouvé mes marques. J’ai commencé à comprendre les cours, ce qui était déjà un grand pas ! Je suis ainsi passé, en début de terminale, à un niveau relativement bas qui ne me permettait même pas de comprendre les professeurs, à un niveau tout à fait correct, si bien que j’ai obtenu la mention européenne anglais avec 16 à l’épreuve d’anglais, et 13 à celle d’histoire-géographie SEA. En une seule année, j’ai sans doute fait plus de progrès en anglais que je n’en ai fait en plusieurs années d’anglais « normal ». J’ai également pris confiance en moi, en partie grâce à la SEA, et aux professeurs qui nous soutiennent beaucoup, et qui nous encouragent. La mention européenne est très prisée des grandes écoles, mais aussi dans le monde du travail, ne serait-ce que pour un job d’été. C’est un plus à ne pas négliger, qui atteste d’un niveau de langue relativement élevé. N’allons toutefois pas parler de bilinguisme, mais après être passé par la SEA, même une seule année, il est facile d’avoir une conversation en anglais. Aujourd’hui, je suis en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles, en hypokhâgne AL (Littéraire), au lycée Pothier, à Orléans (qui est tout de même la 8e meilleure prépa littéraire de France, selon l’Etudiant). Je ne suis, certes, pas le meilleur en anglais, mais je m’en sors avec la moyenne (ce qui est loin d’être négligeable en classe prépa !), et je reste convaincu que la mention européenne a été prise en compte dans mon admission. Je conseille ainsi à tous ceux qui peuvent prétendre à la SEA de s’y inscrire. C’est un véritable atout, non seulement pour la langue, mais aussi pour soi-même, et, il faut l’admettre, pour le CV et le dossier scolaire ! »

Thomas Léculier

Bac S mention Très Bien

Promotion 2011

Sciences-Po Paris

« Plus qu’un véritable atout pour progresser en anglais et en histoire-géo (c’est à cela qu’elle est dédiée), la section européenne est aussi une garantie d’être encadré par une équipe très compétente de professeurs dans de nombreuses matières. Ainsi, elle permet d’atteindre un niveau plus que sérieux pour le Bac, et d’espérer atteindre les meilleures études supérieures qu’offre notre beau pays et l’étranger. Pour ma part, la section européenne m’a permis de m’épanouir largement, que ce soit par rapport à mon projet d’étude (Sciences Po), ma scolarité, mais aussi sur le plan personnel. Car c’est aussi ça la section européenne. C’est une classe de très bon niveau, dans laquelle j’ai rencontré des personnes exceptionnelles, ce qui est aussi, selon moi, un point central de la réussite scolaire. A travers des discussions avec ces amis, les professeurs et tout ce qui se trouve autour (sorties SEA, évènements SEA...), j’ai mis les meilleurs chances de mon côté pour passer le Bac comme pour envisager mes études supérieures ; et me voilà aujourd’hui (non sans quelque surprise tout de même !) à Sciences Po Paris. Certes la SEA représente une charge de travail supplémentaire par rapport à un cursus normal, mais elle en vaut la peine : avec le recul, je n’ose imaginer mon lycée sans la SEA. »

Clotilde Gautier

Bac ES mention Très Bien

Promotion 2011

Droit en Irlande

« J’ai rejoint la section européenne à mon entrée en seconde, et je suis sûre d’une chose : parmi toutes les options qui m’ont été proposées au cours de mes années au lycée c’est celle qui m’a été le plus bénéfique. Je suis en deuxième année de droit en Irlande, et je suis à peu près certaine que je ne serais pas ici aujourd’hui, si ce n’est grâce à la SEA. C’est un atout non négligeable. Tout d’abord au niveau du dossier et de la sélection post-bac. La SEA est le gage d’un excellent niveau en anglais, particulièrement recherché aujourd’hui. La sélection pour mon diplôme s’est faite uniquement sur dossier, il n’y a eu aucun entretien, et avoir participé à la section européenne pendant trois ans ainsi qu’à certaines activités seulement proposées dans le cadre de la section (comme le FiMUN) m’a permis de me démarquer des autres postulants. D’un point de vue plus pratique, c’était très rassurant d’arriver en Irlande en sachant que j’avais déjà un bon niveau d’anglais. Il ne m’a pas fallu longtemps pour m’adapter, le plus dur ayant été de m’habituer à l’accent (qui n’est pas si horrible que ça en fait). Au bout de quelques semaines je comprenais quasiment entièrement mes cours. A la fin du premier semestre, je comprenais absolument tout ce qui disait autour de moi, mon vocabulaire s’était beaucoup développé (surtout pour tous les termes techniques), et j’avais survécu aux examens (que je redoutais énormément). J’avais l’habitude de prendre des notes en anglais grâce à la SEA, et les case study et autres devoirs m’avaient appris à réfléchir, à construire une réponse organisée et à développer une argumentation, le tout en anglais. Toutes les qualités nécessaires pour survivre en fac et que les professeurs s’attendaient à trouver dans les copies. Même sans partir à l’étranger la SEA est d’une grande aide, ne serait-ce que pour le Bac. Votre moyenne d’anglais augmente sensiblement, comme votre moyenne d’histoire. Les cours d’histoire SEA sont plus développés et approfondis que les cours normaux (parfait pour les dissertations) avec accès à des documents que vous ne trouverez jamais dans un manuel en français. Sans oublier l’épreuve spécifique à la SEA, qui ne peut que vous apportez des points supplémentaires. L’enseignement est très diversifié et surtout très fun. En anglais, on a étudié la littérature anglaise et américaine, lu et joué des pièces de théâtre, regardé des films, fait des exposés (sur ce qu’on voulait)… Sans oublier les nombreuses sorties, le voyage à Londres que vous aurait (peut-être) la chance de faire (ce qui n’a pas été mon cas, malheureusement), et les profs géniaux. Oui, c’est une charge de travail supplémentaire mais elle est loin d’être insurmontable, et comparé à tout ce que ça vous apporte, c’est insignifiant. Alors n’hésitez-pas, mais surtout enjoy every moment of it ! »


Chloé Farand

Bac ES mention Très Bien

Promotion 2010

Histoire au Royaume-Uni

« La section européenne a été une de mes meilleures expériences de lycée. Aujourd’hui en deuxième année d’Histoire à York en Angleterre, la SEA a été un élément déterminant dans mon choix de partir étudier à l’étranger. Tout d’abord, faire de l’histoire-géographie en anglais m’a permis d’acquérir le lexique et vocabulaire nécessaires pour poursuivre cette matière à un niveau universitaire en Angleterre. La SEA insiste particulièrement sur la pratique orale de la langue, ce qui est certainement une des qualités les plus recherchées dans le monde du travail : la capacité de pouvoir s’exprimer de manière fluide. L’enseignement en section européenne utilise une diversité de média, films, pièces de théâtre, journaux mais aussi des débats (nous avons eu la chance de pouvoir débattre avec un groupe d’élèves américains) et un voyage à Londres. L’anglais n’est donc pas seulement pratiqué dans la salle de classe mais en situation et dans une multitude de contextes. Si la SEA permet une solide maîtrise de la langue, c’est aussi une véritable expérience de groupe et la possibilité faire partie d’un réseau d’alumni qui peuvent apporter soutien et conseils aux nouvelles générations. »